Montrer, démontrer ?

Samedi 15 juillet n’a pas été une journée facile. Elle a commencé par la visite d’un mémorial sur le site de Murambi, où 50 000 Tutsi ont été tués dans ce qui était alors une école technique. C’est aussi en ces lieux que les militaires français de l’opération Turquoise ont installé une base, à proximité des fosses communes. Après une première partie sous forme d’exposition, qui reprend plusieurs thèmes et photographies du musée-mémorial du génocide de Kigali, on continue à l’extérieur du bâtiment, en longeant une fosse commune, ouverte mais vidée des corps des Tutsi tués et ensevelis en avril 1994. Une petite partie de ceux-ci a été conservée sur le site même du mémorial, destinée à être vue des visiteurs. En effet, plusieurs pièces du complexe scolaire, situées plus loin dans le parcours, laissent voir des corps de femmes, d’enfants et d’hommes assassinés, blanchis par la chaux à des fins de conservation. Outre la vision d’horreur, c’est l’odeur qui saisit d’emblée le visiteur à la gorge. Mélange de décomposition et de produits chimiques, cette odeur crée une proximité dérangeante avec les corps, favorisée par l’exiguïté des pièces. Une dernière salle montre d’autres corps, entreposés dans des tubes transparents, sorte de sarcophages de plexiglas, avec un minimum d’informations pour chaque victime exposée sans nom ni identité mais avec des informations scientifiques (âge au moment de la mort, poids, taille, cause de la mort).

Source/Quelle : K. Gesler, mémorial du génocide, Murambi, vue du site, 15/07/2023.

Sur les 23 membres du groupe, seuls 9 ont pu finir, ce samedi, la visite. Il faut dire que le bien fondée de cette démarche – celle d’exposer à la vue de tous les dépouilles des victimes –, fut l’objet de débats nourris au sein du groupe bien longtemps après la visite, comme le prouve la dominance de ce sujet dans le carnet de voyage. Quelle dignité pour ces corps exposés, laissés dans la position de leur ensevelissement, et traités chimiquement pour les conserver depuis bientôt 30 ans ? Est-il nécessaire de recourir à ce procédé pour aider les visiteurs dans leurs efforts de compréhension des mécanismes génocidaires ? Au vu du faible nombre d’étudiants ayant terminé le parcours, il est permis d’en douter.

Une question se pose : comment parvenir à comprendre – du moins essayer – le génocide des Tutsi sans pour autant recourir à une pédagogie de l’effroi, alors que la vision des corps, par le choc qu’elle procure, semble sidérer les visiteurs ?

Source/Quelle : G. Lechapelain – Mémorial de Nyamata – 12/07/2023.

Cette problématique de la monstration de l’horreur à des fins pédagogiques a fait écho, en moi, à un passage du livre Le Grand Voyage que Jorge Semprun a fait paraître en 1963. Résistant communiste, déporté en Allemagne et rescapé du camp de Buchenwald, l’auteur témoigne d’un épisode intervenu peu de temps après la libération du camp par les déportés eux-mêmes. Alors que Jorge Semprun se trouve près de l’entrée du complexe désormais déserté, plusieurs femmes, infirmières alliées, s’y présentent et lui posent des questions. Devant leur curiosité, agacé par leur naïveté, le survivant décide de se faire guide et de leur faire découvrir l’horreur de Buchenwald, en ne leur épargnant rien, tout en observant l’effroi grandissant chez ces femmes. 18 ans plus tard, l’auteur s’interroge sur la pertinence de sa démarche et regrette cette joie mauvaise (Schandenfreude) ressentie à cette occasion. Après un premier silence, de 1945 à 1963, c’est par Le Grand Voyage que l’ancien étudiant en philosophie décide de transmettre le témoignage de son expérience concentrationnaire.

L’écriture offre en effet une médiation entre l’expérience de l’auteur et son lectorat, celle-là même qui lui faisait défaut lors de la visite de Buchenwald. Ainsi, Le Grand Voyage n’est pas seulement le récit de sa déportation, mais aussi celui durant lequel il emmène ses lecteurs dans le train de ses émotions. Comme Jorge Semprun, d’autres rescapés ont tenté de travailler la forme de leurs témoignages, le plus connu d’entre eux étant Primo Levi, dont l’œuvre au cours de sa vie n’a eu de cesse, jusqu’à sa mort en 1987, d’évoluer pour tenter de s’adapter à la société à laquelle il s’adressait.

Retour au Rwanda et à cette visite du samedi 15 juillet. Pour ce qui est du génocide des Tutsi, la question se pose aussi quant aux vecteurs de la transmission. Objet d’enjeux locaux et nationaux, les mémoriaux procèdent de choix différents entre eux. Celui de Murambi impose aux visiteurs un rapport immédiat avec les corps conservés, rien d’autres que les regards et les émotions. Faut-il montrer pour démontrer ? À l’issue des discussions, une réponse négative s’est imposée avec pour principaux arguments la dignité des morts et l’impossibilité de discuter avec les négationnistes comme l’a montré Pierre Vidal-Naquet dans son essai Les assassins de la mémoire (1e édition en 1981).

Entre ces corps et nous, peut-être aurait-il fallu que des images, des mots s’interposent, afin de contextualiser l’horreur pour ne pas nous laisser seuls. Finalement, c’est du collectif forgé durant la première semaine du voyage que la solution est venue. Les discussions du soir, où chacun était libre de prendre la parole pour revenir sur ses réflexions du jour, ont permis de confronter nos points de vue, et tout cela avait quelque chose de rassurant d’entendre, après coup, les avis divergents des membres du groupe, de comprendre un peu mieux comment chacun considérait et vivait ces visites des mémoriaux, loin des visages parfois fermés ou concentrés lors de ces dernières.

Source/Quelle : G. Lechapelain – 11/07/2023.

Sans aucun doute, ce voyage nous aura fait avancer dans notre compréhension des mécanismes génocidaires, dans l’optique où chaque connaissance acquise sur un génocide en particulier nous permet ainsi de mieux comprendre le phénomène dans sa généralité. Enfin, après une année à étudier le génocide des Tutsi, il était intéressant, non pas de substituer aux mots les images, mais de les associer dans une même analyse, et, maintenant que ces dix jours sont finis, de partager ces souvenirs autant que possible. Un autre voyage commence. 

                        Tanguy Dansart

Résumé / Zusammenfassung / Summary

La visite du site de Murambi, dans lequel des corps sont exposés à la vue des visiteurs, a provoqué une série de questions parmi les membres du voyage sur la pertinence de la démarche. À ces réflexions nées de la visite, j’associe un souvenir littéraire tiré de Le grand voyage de Jorge Semprun et je propose de questionner la nécessité d’un rapport médiat à l’horreur génocidaire.

Der Besuch der Murambi-Stätte, in der Leichen den Besuchern ausgestellt sind, hat eine Reihe von Fragen unter den Teilnehmern der Studienreise über die Angemessenheit dieses Vorgehens ausgelöst. Zu diesen Gedanken, die aus dem Besuch entstanden sind, verbinde ich eine literarische Erinnerung aus Die Große Reise von Jorge Semprun und schlage vor, die Notwendigkeit eines medialen Umgangs mit dem Völkermord-Horror zu hinterfragen.

Exploring the Murambi site, where bodies are on display for visitors, sparked a series of inquiries among the trip participants regarding the appropriateness of this approach. In light of these contemplations inspired by our visit, I draw upon a literary recollection from Jorge Semprun’s “Le grand voyage” and propose an examination of the need for a mediated connection to the horrors of genocide.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search