Tourisme mémoriel ? L’exemple du mémorial de Murambi

Jour 6, 15/07/2023

Alors que nous sommes arrivés aux trois quart du voyage d’étude sur le génocide des Tutsi au Rwanda, la question de la légitimité et de la nécessité de la confrontation physique avec les traces tangibles du génocide par la visite sur place des divers mémoriaux, déjà posée par les participants, devient récurrente, d’autant que la pédagogie du choc qui semble pratiquée par la plupart des mémoriaux du génocide au Rwanda peut faire surgir – chez les visiteurs européens que nous sommes – un certain voyeurisme ou une morbidité décriée par maints critiques du tourisme mémoriel (ou dark tourism). Certes, pour des étrangers, n’allant rendre visite à personne, le lexème de tourisme peut cependant sembler quelque peu inapproprié pour caractériser un groupe d’étudiants où il ne s’agit pas by the way de visiter un mémorial ou un camp par mauvais temps puisque l’on est de toute manière en vacances dans une région donnée. Ces derniers se consacrent en effet exclusivement au face-à-face physique avec les traces du génocide, ont pris sur leur temps universitaire – voire sur leur congé – pour, au terme d’un séminaire exigeant et complexe de deux semestres sur ce thème, par une démarche consciente et volontaire parachever leurs connaissances et leur compréhension par ce voyage.

En aboutissement et enrichissement de leur réflexion universitaire, on aurait pu envisager chronologiquement de commencer par l’évidence topographique et physique du génocide pour passer ensuite à la réflexion ou – comme c’est désormais le cas – de placer le voyage à la fin de l’étude théorique. Les deux se justifient et l’un n’exclut pas l’autre, le calendrier universitaire brandebourgeois rendant sur un plan logistique plus aisé d‘effectuer ce voyage d’étude au terme de la formation.

Au mémorial de Murambi (15 juillet), les stèles consacrées aux bourreaux côtoient celles des victimes : elles ont la même couleur, la même typographie, le même agencement et le même esthétisme dans leur sobriété. Exposées sans explications ou légende, écrites en kinyarwanda, elles se trouvent juste avant les salles où sont exposés des centaines de corps momifiés à la chaux, saisis dans la position où ils ont été sortis des fosses communes. La composante des témoins manque par ailleurs au regard européen formé par une certaine « ère du témoin » dans le cas des lieux de mémoire liés à la Seconde Guerre mondiale.

Source : S. Bordaux, mémorial du génocide, stèles indiquant les noms de génocidaires, Bisesero (15/07/223)

 

La réponse du guide du mémorial à notre questionnement sur la présence des tueurs dans ce mémorial a mis en évidence un discours d’identité nationale (nous sommes tous rwandais, quels que soient nos actes) et un discours d’unité quelque peu lénifiant qui se réitère désormais presque systématiquement, arguant de la nécessité de cohabiter et vivre ensemble, seul moyen pour reconstruire, se tourner vers l’avenir et éprouver „the taste of life“, selon les termes du guide du mémorial de Bisesero du lendemain.

A Murambi, le terrain de jeu des soldats français qui devaient marcher sur les cadavres de personnes qu’ils avaient maintes fois violées juste avant pour aller récupérer une balle perdue est assorti d’un texte explicatif et constitue la fin d’un éprouvant parcours.

La pédagogie et la didactique des mémoriaux contre l’oubli, que nous avons visités, semblent être axée essentiellement sur le principe de donner à voir et de choquer ; elle paraît faire plus appel à des mécanismes émotionnels et psychologiques qu’à des démarches de savoir, d’appréhension et de connaissance médiates. Cette mise en scène aboutit parfois au contre-effet de décourager certains visiteurs d’aller jusqu’au bout des parcours, ce dont notre groupe, pourtant averti et connaissant le sujet au préalable, n’a pas été exempt à Murambi : neuf sur dix-huit ont pu se rendre compte de la France et de la barbarie de son personnel militaire. Dans cette logique et pour contrebalancer le malaise, ont été aménagés des espaces de consolation et à l’extérieur des espaces de méditation. Par ailleurs un mémorial n’est pas un musée qui peut venir l’enrichir et intellectualiser les événements par la distanciation et la réflexion. Comment arriver à faire d’un mémorial un espace vivant qui se réinvente, soit investi différemment par les individus et prenne en compte les mémoires multiples, apaisées ou meurtries?

 Il n’est pas évident de penser et de concevoir un mémorial avec un code déontologique respectueux des enjeux des victimes et de l’histoire. C’est aussi l’un des défis essentiels auxquels nous confronte notre séjour au Rwanda.

Après la lecture et l’étude d’une pléthore d’ouvrages sur la Shoah, j’ai visité Auschwitz, Mauthausen et Dachau il y a 15 ans alors que je vivais déjà depuis plusieurs années en Allemagne. Je n’oublierai pas ces visites. J’y ai amené ultérieurement mes enfants. Il est probable que le étudiants, quelle que soit la démarche qu’ils adopteront a postériori, n’oublieront pas ce voyage au Rwanda, approfondiront et transmettront en quelque manière cette expérience singulière et unique.

Sylvie Bordaux

Résumé / Zuammenfassung / Summary

La pédagogie du choc pratiquée par la plupart des mémoriaux visités au Rwanda – dont celui de Murambi, exposant en série des corps momifiés à la chaux – encourage-t-elle le tourisme mémoriel et le dark tourism de la morbidité et du voyeurisme ?

Voir équivaut-il à savoir, la confrontation avec la réalité précède-t-elle, rapproche-t-elle ou engendre-t-elle la connaissance et la distanciation ? Un mémorial peut-il réunir meurtriers et victimes et oublier l’époque essentielle du témoin de l’esprit européen ? Comment concevoir un mémorial comme un espace multiple et vivant ? Telles sont les questions fondamentales auxquelles nous confronte la visite des mémoriaux de Murambi et de Bisesero.

Fördert die Schockpädagogik, die von den meisten Gedenkstätten, einschließlich der von Murambi, praktiziert wird und in der mit Kalk mumifizierte Leichen in Serie freigelegt werden, den Gedenktourismus der Morbidität und des Voyeurismus? Ist Sehen gleichbedeutend mit Wissen, geht die Konfrontation mit der Realität voraus, beendet sie oder erzeugt sie Wissen und Distanzierung? Kann ein Denkmal Henker und Opfer zusammenbringen und die Ära des Zeugen, eine wesentliche Komponente  der Analyse für den europäischen Geist auslassen? Wie gestaltet man eine Gedenkstätte als Mehr- und Lebensraum? Mit diesen  grundsätzlichen Fragen sind wir bei Besuchen der Gedenkstätten Murambi und Bisesero konfrontiert.

Does the approach of utilizing shock as a pedagogical tool, a practice adopted by most of the memorials visited in Rwanda, including Murambi with its display of lime-painted mummified bodies, inadvertently foster memorial tourism and the morbid voyeurism associated with dark tourism? Can the act of seeing be equated with acquiring knowledge? Does confronting stark realities precede, bring us closer to, or foster understanding and distance? Can a memorial effectively bridge the gap between perpetrators and victims while honoring the crucial era of witness to the European spirit? How can a memorial be envisioned as a multifaceted, living space? These fundamental questions emerge when one visits the Murambi and Bisesero memorials.

Kigali Genocide Memorial

Journée forte en émotions  que ce début de séjour à Kigali, où la première visite du groupe fut consacrée au Kigali Genocide Memorial, érigé en 2004 par le gouvernement rwandais avec l’aide de Britanniques (Aegis Trust).

De se rendre sur les lieux institue un autre rapport à la violence et aux massacres qui y ont été perpétrés.

Celui qui connait la grisaille extérieure des camps européens tels Auschwitz et Dachau sera déconcerté et apaisé par le contraste d’un jardin tropical luxuriant et de l’horreur que thématise le musée à l’intérieur. Après une exposition sur le génocide des Tutsi au Rwanda en sous-sol, des salles du premier étage retracent l’histoire des génocides au XXe siècle.

Source : S. Bordaux, Kigali, 11/07/2023

Dans la salle où sont comparés les génocides, ayant pour volonté de montrer les similitudes et les spécificités des divers génocides, outre certaines affirmations trop floues on constate l’absence du génocide arménien par exemple, laissant deviner  que la volonté politique a parfois mainmise sur la vérité historique.

La visite du musée se termine par une pièce où est évoqué le massacre des enfants tutsi victimes du génocide. La réception de cette pièce a suscité des réactions divergentes au sein du groupe. S‘agit t-il d’une individualisation et d’une idéalisation de l’enfance frappée dans son innocence qu’on a arraché à la vie, ou au contraire d’un cliché sans une  analyse  qui rendrait  compte sans mignardise du prisme spécifique de l’enfance ? On peut se poser la question de savoir pour qui et dans quel but sont  générées les émotions, d’autant qu’il n’y a pas eu que des enfants victimes, mais aussi des enfants tueurs, guère évoqués dans l’exposition du sous-sol…

Ce mémorial est  un mémorial  incontournable attestant de la démarche essentielle du plus jamais  cela, où  on serait toutefois tenté de déplorer un manque de didactisation et d’approfondissement. Il a cependant le mérite de montrer l’aspect prémédité du génocide.

Sylvie Bordaux

Résumé / Zusammenfassung / Summary

Le mémorial du génocide de Kigali (Kigali Genocide Memorial) est le premier mémorial que nous avons visité lors du voyage d’étude au Rwanda sur le génocide des Tutsi, organisé pour 18 étudiants des universités de Paris 1 Panthéon Sorbonne et de la Viadrina. Il s’est déroulé entre le 10 et le 20 juillet 2023.

Au milieu d’un jardin luxuriant et tropical qui contraste et accentue encore son horreur et sa violence, ce mémorial-musée du génocide est composé de plusieurs salles qui expliquent et documentent le génocide dans ses différents aspects. Une salle dédiée aux enfants victimes a fait débat au sein du groupe, dans la mesure où le jeu sur l’innocence de l’enfance et les émotions qu’elle suscite sans souligner le prisme spécifique de l’enfance semble ambigu. L’omission volontaire du génocide arménien dans la salle où sont comparés les différents génocides a fait prendre conscience à l’ensemble du groupe d’une apparente primauté de la volonté politique sur la vérité historique.

Das Kigali Genocide Memorial/Kigali Genocide Memorial ist die erste Gedenkstätte, die wir während der Studienreise nach Ruanda zum Tutsi-Völkermord an  der 18 Sorbonne- und Viadrina-Studenten teilgenommen haben, der zwischen dem 10. und 20. Juli 2023 stattfand besichtigt haben.

Dieses Völkermordmuseum inmitten eines üppigen tropischen Gartens, der seinen Schrecken und seine Gewalt noch verstärkt, besteht aus mehreren Räumen, die den Völkermord in seinen verschiedenen Aspekten erklären und dokumentieren. Ein Raum, in dem die Kinderopfer dokumentiert werden, sorgte in der Gruppe für Diskussionen, da das Spiel mit der Unschuld der Kindheit und den Emotionen, die sie hervorruft, ohne das spezifische Prisma der Kindheit hervorzuheben, zweideutig erscheinen kann. Die Tatsache, dass der Völkermord an den Armeniern im Raum, in dem die verschiedenen Völkermorde verglichen werden, bewusst weggelassen wurde, machte der gesamten Gruppe bewusst, dass der politische Wille scheinbar Vorrang vor der historischen Wahrheit hat.

The Kigali Genocide Memorial/Kigali Genocide Memorial is the first memorial we visited during the study trip to Rwanda on the Tutsi Genocide of 18 Sorbonne and Viadrina students which took place between July 10th and 20th, 2023.

Iin the middle of a lush and tropical garden that contrasts and further accentuates its horror and violence, this  Genocide memorial-museum is made up of several rooms that explain and document the genocide in its various aspects. A room documenting the child victims caused debate within the group, insofar as the play on the innocence of childhood and the emotions it arouses without underlining the specific prism of childhood seems ambiguous. The fact that the Armenian genocide in the room where the various genocides are compared was consciously omitted made the whole group aware of an apparent primacy of political will over the  historical truth.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search