Mémorial de Bisesero et “The Climb of Pain »

Lors de notre arrivée au mémorial de Bisesero, après avoir dompté la route rocheuse nous y emmenant, nous avons constaté qu’un paysage parcouru de collines nous surplombaient, et que le Mémorial avait été construit sur l’une d’elle, ce qui en fait sa particularité, étant donné que c’est le seul Mémorial construit sur une colline

D’emblée, le guide nous a expliqué que la montée de ce mémorial, appelée “ The Climb of Pain” ou « La montée de la douleur, représentait la douleur qu’ont ressentie les Tutsi lorsqu’il essayaient de monter les collines dans le but de survivre. J’ai tout de suite apprécié cette idée de faire, entre guillemets, ressentir cette fatigue et douleur au visiteur, car j’ai compris la difficulté d’escalader ces collines l’ayant moi-même expérimenté. Après ces explications, le guide a commencé la visite et nous a montré les différentes salles du mémorial, principalement remplies de vitrines avec des restes humains à l’intérieur comme des crânes et des fémurs. 

Source/Quelle : F. Hafs, mémorial de Bisesero, entrée, 17/07/2023.

Au milieu de la visite, la montée se fit de plus en plus difficile et raide, mais la fin de la visite approchait. Le guide nous a par la suite expliqué qu’une fois arrivée sur le haut de la colline, nous allions pouvoir ressentir un sentiment de libération ainsi que l’enthousiasme de vivre à nouveau tranquillement et librement, ce qu’ont pu ressentir les Tutsi pourchassés mais finalement sauvés. Effectivement, en arrivant en haut de la colline, mis à part le paysage à couper le souffle qui se dressait devant nous, ma respiration était revenue à la normale et ce sentiment libérateur, de fin de souffrance dont nous avait parlé de guide, était effectivement présent en moi. Je ne considère évidemment pas avoir ressenti le même sentiment que ces Tutsi qui résistaient pour protéger leur vie, étant donné que nous avons visité et gravi cette colline sans contrainte et menaces pour notre vie. Cependant, ce ressenti et cette expérience de « faire de l’exercice » pendant une visite étaient tout nouveaux pour moi ; , cela m’a permis de mieux comprendre la détresse des assiégés, étant, eux, forcés de monter ces collines pour vivre se sachant dans l’impossibilité de reculer ou de s’arrêter de peur d’être rattraper ou abattu par leurs assaillants. 

Source/Quelle : B. Blavo, paysage composé de collines, Bisesero, 17/07/2023.

La visite se termina par la visite du dernier lieu extérieur du mémorial, qui est la tombe commune des Tutsi assassinés sur cette colline. Après la minute de silence réalisée en leur mémoire, nous sommes redescendus – par le même chemin – de cette colline pour repartir. Le ressenti de la descente de cette colline fut assez spéciale pour moi, étant donné que, pour quitter ce lieu où nous avions précédemment été silencieux et choqués de ce que nous voyions, nous sommes obligé.e.s de repasser par toutes les salles. La tristesse ressentie auparavant devant la vision de ces restes humains n’était quasiment plus présente. Lors du débriefing quotidien réalisé dans cette même journée, j’ai constaté que ce sentiment était partagé par mes camarades qui, eux aussi, auraient préféré passer par un autre chemin pour « continuer à respecter » la mémoire des personnes qui reposent dans ce Mémorial. 

Mis à part cela, le guide, passionné et savant, a réussi à nous emporter dans son récit tout en expliquant ce qu’il s‘était passé à cet endroit. Ce lieu transmet ainsi l’histoire par expérience et je pense que c’est une assez bonne idée, étant donné qu’on joue sur quelque chose qu’on ne contrôle pas, qui est la fatigue ressentie lors de la montée.

Béatrice Blavo

Résumé / Zusammenfassung / Summary

La visite du mémorial de Bisesero, grâce à son guide, nous a permis de comprendre ce qu’il s‘était passé à cet endroit et en fait l’originalité. Ce lieu transmet ainsi l’histoire à travers une expérience, notamment physique. L’autrice avance que c’est une assez bonne idée, étant donné qu’on joue sur quelque chose qu’on ne contrôle pas, qui est la fatigue ressentie lors de la montée.

Der Besuch des Bisesero-Memorials ermöglichte es uns dank unseres Führers, zu verstehen, was an diesem Ort geschehen war und was ihn eigentlich einzigartig macht. Dieser Ort vermittelt die Geschichte durch eine Erfahrung, insbesondere eine körperliche Erfahrung. Die Autorin argumentiert, dass dies eine ziemlich gute Idee ist, da man mit etwas spielt, das man nicht kontrollieren kann, nämlich der Müdigkeit, die man beim Aufstieg empfindet.

Our visit to the Bisesero Memorial, guided by an insightful host, provided us with a profound comprehension of the events that transpired there and the distinctive aspects that set it apart. This location effectively communicates history by means of a particularly immersive experience, notably one with a physical dimension. The author contends that this approach is a commendable one, as it capitalizes on an element beyond our control: the exhaustion experienced during the ascent.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search