Premières impressions

11 juillet 2023

Que ressent-on d’abord, à son arrivée au Rwanda ? À Kigali ? 

La violence, les larmes, la mort ? Non pas. De jour comme de nuit, la capitale respire la vie. Les motos taxis se faufilent dans la circulation, la foule bruisse sur les trottoirs, les magasins s’alignent de l’aéroport à l’hôtel, proposant les produits les plus divers. 

Kigali déborde de vie.

Source/Quelle : G. Lechapelain – Kigali.

Pourtant, c’est bien ici, le long de ces routes, dans ces jardins, dans ces églises que des centaines de milliers de Tutsi ont été assassinés.

De ce passé, que reste-t-il ? Tout au plus, des interstices : mémoires traumatisées des rescapés, pour qui le génocide ne s’est jamais arrêté ; mémoriaux arborés, cernés par la frénésie de la vie urbaine.

Ces lieux de mémoire interpellent.

Après l’entrée du mémorial de Kigali, après la fouille rigoureuse effectuée par les agents de sécurité, le visiteur coutumier des mémoriaux occidentaux ne peut manquer d’être surpris. Pas de silence respectueux ou pesant, mais les bruits de la ville, de la circulation. Pas d’espace minéral, en nuances de gris, oppressant, mais des jardins luxuriants, des fontaines, des arbres d’agrément. Un lieu de vie, allégorie de la désunion nationale passée et de l’harmonie retrouvée, invitation à la paix de l’esprit. Au cœur de ces jardins, un centre d’information invite le visiteur à se plonger dans l’histoire du génocide, à en saisir l’ampleur, à en comprendre les causes, la chronologie, les conséquences. 

Source/Quelle : G. Lechapelain, musée-mémorial du génocide, Gisozi, Kigali, 11/07/2023.

Ici, au contraire du parc environnant, point d’euphémisation. Non, les victimes ne se sont pas “éteintes” . Non, elles n’ont pas simplement “disparu”. Non, elles ne sont pas “parties trop tôt”. Ici, aucune échappatoire ne s’offre au visiteur : il n’a d’autre choix que d’être confronté – de se confronter (à) soi-même ? – à l’extrême violence des tueries. Subitement, il fait face à des images d’archives. Scènes de massacre et cadavres se succèdent, implacablement. Puis, en entrant dans une salle de la crypte qui semble d’abord vide, il est soudainement confronté aux ossements de victimes anonymes, portant les stigmates bien visibles des coups portés par leurs tueurs. 

L’ostentation de ces reliques ne peut laisser indifférent. Elle a même déclenché un débat assez vif parmi les participants au voyage, après la visite. Si ce procédé offre l’avantage de couper court à toute relativisme ou négationnisme tout en témoignant du caractère massif des massacres, l’accumulation des ossements dans les vitrines ne conduit-elle pas à nier aux victimes leur individualité ? À dénier aux Tutsi une forme de paix, de dignité ? 

De même, que penser de l’appel universel à la paix et à la tolérance formulé lors des visites, alors même que le gouvernement rwandais est accusé de souffler sur les braises du conflit au Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo – une guerre civile qui a déjà causé plusieurs centaines de milliers de morts ? Comment comprendre la volonté affichée par le pouvoir de lutter pour que de tels actes ne se reproduisent jamais, à l’heure où les forces armées rwandaises sont accusées par l’ONU de participer à l’armement et à l’entraînement du M23, un groupe armé tenu responsable par certaines ONG d’un processus d’épuration ethnique dans la région ?

L’absence de toute mention du génocide des Arméniens, tandis que sont évoqués le génocide des Herero, des Juifs ou encore les massacres commis par les Khmers Rouges, interpelle tout autant. 

Le message développé par la politique rwandaise de mémoire du génocide, unité, développement et tolérance, ne serait-il qu’un instrument au service de la (re)construction nationale, sans objet dès lors que soumis aux nécessités de la Realpolitik ?

La suite des visites permettra peut-être d’envisager des réponses à ces interrogations. 

Gauthier Lechapelain

Résumé / Zusammenfassung / Summary

​​What were our initial sentiments upon landing in Kigali, Rwanda? Did we immediately sense the overwhelming weight of tears and death, of violent passions? On the contrary, day and night, the capital city buzzes with life. However, it is here, in these very places, on these corners, in these gardens, and within these churches, that countless Tutsi were brutally murdered during the darkest period. Today, only faint remnants remain: the haunted memories of survivors and memorials, erected for remembrance, yet surrounded by the vibrant bustle of city life.

These memorials provoke profound questions, as they appear markedly different from what we, as Europeans, are accustomed to. Here, there is no hushed reverence, no austere and somber ambiance; instead, there are flourishing gardens and the sounds of life persisting. Inside the visitor center, there is no subtle allusion to the violence of the genocide; rather, visitors are confronted with raw and graphic brutality—bones, skulls of the victims, and the weapons used in the 1994 killings of the Tutsi.

These choices have sparked debates among the students: Is there no alternative approach to combating genocide denial? Could this method be inadvertently desacralizing the remains of the victims? Additionally, why is there a conspicuous absence of any mention of the Armenian genocide, while other genocides are explained to visitors?

Similarly, what does one make of the “Never again” mantra at the end of the visit, given the suspicion that the Rwandan government may be contributing to conflict in the Democratic Republic of the Congo by supporting, through training and weaponry, the M23—an armed group responsible for ethnic cleansing in the North Kivu region?

Hopefully our forthcoming visits will shed light on these intriguing questions.

Was waren unsere ersten Gefühle, als wir in Kigali, Ruanda landeten? Fühlten wir alle gewaltsamen Leidenschaften von Tränen und Tod? Im Gegenteil, Tag und Nacht ist die Hauptstadt voller Leben. Allerdings sind es genau an diesen Stellen, an dieser Ecke, in diesem Garten, in dieser Kirche, dass so viele Tutsi auf grausamste Weise ermordet wurden.

Von dieser Zeit sind nur noch kleine Lücken übrig: traumatisierte Erinnerungen von Überlebenden des Völkermords und Denkmäler, die zur Erinnerung erbaut wurden, aber von der enormen Aktivität in den Städten umgeben sind.

Diese Denkmäler werfen viele Fragen auf, denn sie scheinen so anders zu sein als das, was wir Europäer gewohnt sind. Es gibt keine respektvolle Stille, keine mineralische und graue Atmosphäre, sondern Gärten und das Geräusch des fortwährenden Lebens. Im Besucherzentrum wird die Gewalt des Völkermords nicht verschwiegen, sondern den Besuchern wird rohe und grafische Gewalt gezeigt, die Knochen und Schädel der Opfer, die Waffen, die 1994 benutzt wurden, um die Tutsi zu töten.

Diese Entscheidungen entfachen eine Debatte unter den Studenten: Gibt es keinen anderen Weg, um gegen die Leugnung des Völkermords vorzugehen? Ist es nicht eine Art, die Überreste der Opfer zu entweihen? Und was ist von der seltsamen Abwesenheit der Erwähnung des Völkermords an den Armeniern zu halten, während viele andere den Besuchern erklärt werden?

Ebenso, was bedeutet das Mantra “Nie wieder” am Ende des Besuchs, während die ruandische Regierung verdächtigt wird, den Konflikt in der Demokratischen Republik Kongo zu schüren, indem sie die M23, eine bewaffnete Gruppe, die für ethnische Säuberungen in der Region Nord-Kivu verantwortlich ist, mit Ausbildung und Waffen unterstützt?

Hoffentlich werden uns die folgenden Besuche einige willkommene Antworten geben.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gauthier Lechapelain (11 juillet 2023). Premières impressions. Sur les traces du génocide des Tutsi au Rwanda. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tulg


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search