Participants

Organisateurs

Fabien Théofilakis

Université de Paris Panthéon Sorbonne / Europa-Universität Viadrina

Arpenter les champs de bataille de la Somme pour retrouver 14-18 ; découvrir à partir des fresques du fort de Malbousquet la captivité des prisonniers allemands dans la France de la Libération ; venir voir le mémorial aux Juifs assassinés d’Europe comme celui dédié aux Roms et Sintis de l’autre côté de la porte de Brandebourg à Berlin pour appréhender les échos de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale… L’apprentissage de l’histoire comme expérience cognitive et sensible peut-elle faire l’économie – dans la mesure du possible – de la confrontation avec les traces sur le terrain ?

Historien, enseignant à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, après être passé à l’Université de Montréal (Canada), actuellement détenteur de la chaire “Pensées françaises contemporaines” à la Europa-Universität Viadrina, je plaide résolument pour une pédagogie qui intègre l’émotion à la réflexion sur le passé. Le voyage d’étude sur les traces du génocide des Tutsi au Rwanda doit confronter des étudiants d’une université française et d’une université allemande aux traces d’un génocide trop longtemps négligé dans une perspective européenne. Cette enquête qui vient clore un séminaire animé depuis octobre 2022 nourrit une réflexion sur l’intérêt de proposer une démarche comparative dans l’étude des génocides, en l’occurrence celui des Tutsi en 1994 et la Shoah.

 

Jean Ruzindaza

Ex-directeur de l’unité en charge du plaidoyer pour l’assistance aux rescapés du génocide au sein de la “Commission Nationale de Lutte contre le Génocide” (CNLG).


Accompagnateur / Accompagnatrice

Andreas Bahr

Europa-Universität Viadrina

Andreas Bahr, enseignant au Centre de langues de l’Université Européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder, fervent promoteur des relations franco-allemandes et curieux de suivre in situ, au Rwanda, les traces de l’histoire contemporaine étudiée en séminaire “franco-allemand” au cours de toute une année académique.

Sylvie Bordaux

Europa-Universität Viadrina

Originaire du Sud-Ouest de la France (Toulouse), j’ai effectué mes études à l’ENS de Fontenay-Saint Cloud ainsi qu’à la Sorbonne. Germaniste, passionnée par l’histoire de la Résistance, les lieux de mémoire, je suis aussi férue d’opéra. J’enseigne actuellement au Centre Universitaire de Langues de l’Université européenne de la Viadrina en Allemagne.

Pouvoir participer à ce voyage est en effet une grande chance, j’en attends la concrétisation et l’illustration topographique d’un savoir théorique, ainsi que de pouvoir appréhender comment le Rwanda moderne surmonte son passé.

Comme disent nos amis d’Outre-Rhin: “ich bin sehr gespannt”!  


Étudiant.e.s

Ludovic Babas

Europa-Universität Viadrina

Yo la team, ici Ludovic Babas ! J’ai 22 ans et suis originaire de l’île de La Réunion. Actuellement étudiant à Sciences Po Rennes, j’ai également eu la chance d’être en Erasmus à l’Université européenne allemande Viadrina à Francfort-sur-l’Oder pendant un semestre durant lequel j’ai suivi le séminaire “Shoah et génocide des Tutsi au Rwanda en regard” proposé par Fabien Théofilakis. C’est avec une grande joie que je me joins à ce voyage d’étude au Rwanda.

Passionné par l’histoire et les sciences sociales, j’ai choisi ce cours dans le but d’approfondir ma compréhension du génocide des Tutsi au Rwanda. Si le génocide juif est souvent évoqué, il est important de ne pas oublier les autres événements tragiques de l’histoire. Cette opportunité me permet d’ouvrir mes horizons vers un nouveau pays et de me plonger dans une période souvent méconnue.

Le voyage est l’une de mes grandes passions. Juste avant de me rendre au Rwanda, j’ai eu l’occasion d’effectuer un stage en Afrique du Sud. Ces expériences ont renforcé ma curiosité et ma volonté de découvrir de nouvelles cultures et de m’enrichir des expériences des autres.

J’attends avec impatience mon arrivée au Rwanda, un pays en pleine reconstruction. Je suis animé par le désir de grandir, d’apprendre des autres et de nourrir ma soif de découverte du monde. C’est donc avec enthousiasme que je me prépare à partager cette expérience avec vous tous. Je suis convaincu que ce voyage nous offrira une opportunité unique d’enrichissement mutuel. Ensemble, nous pourrons approfondir nos connaissances, développer notre compréhension et contribuer à notre échelle à la construction d’un monde plus ouvert et tolérant.

Yasmine Benaïssa

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Yasmine Benaïssa et suis actuellement en master d’histoire contemporaine au sein de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne. Après une double licence en histoire et histoire de l’art et archéologie, je me suis dirigée vers un master de recherche pour travailler dans le cadre de mon mémoire sur la médiatisation du procès de Klaus Barbie sous la direction de Fabien Théofilakis. Passionnée d’histoire, et plus précisément de la transmission de cette dernière, je me dirige vers le métier de journaliste culturelle plus tard. J’ai notamment créé mon podcast cette année pour parler de la recherche historique afin de la vulgariser. Dans mes recherches, je suis amenée à me questionner sur le devoir de mémoire de la déportation des Juifs et des résistants lors de la Seconde Guerre mondiale qui est intéressant à mettre en parallèle avec le devoir de mémoire du génocide des Tutsi. Ce voyage sur les traces du génocide m’intéresse donc pour questionner cet aspect à travers les sites mémoriaux mais également par la rencontre de victimes livrant leur témoignage. Il viendra nourrir une réflexion initiée dans le cadre d’un séminaire consacré à une approche comparée de la Shoah et du génocide des Tutsi au Rwanda.

Béatrice Blavo

Europa-Universität Viadrina

D’origine Togolaise et de nationalité française, je suis actuellement en troisième année de licence en Langues Étrangères Appliquées, spécialité Études Européennes à la Sorbonne Université Lettres Paris VI, mais également étudiante Erasmus à l’Université Europa-Viadrina à Francfort-sur-l’Oder en Allemagne. Souhaitant assouvir ma soif de connaissance, j’ai décidé de suivre le séminaire « Shoah et génocide des Tutsi au Rwanda en regard », proposé par Fabien Théofilakis. C’est dans ce cadre que j’ai eu l’incroyable opportunité de faire partie de ce voyage d’étude au Rwanda, qui sera pour moi source de découverte et de partage. Grâce à la visite de mémoriaux et aux rencontres avec des survivants, je souhaite comprendre à quel point les persécutions des Tutsi, ainsi que plus spécifiquement, le génocide de 1994 ont bouleversé la société rwandaise jusqu’à aujourd’hui et savoir comment les Rwandais parviennent à surmonter ces violences.

Tanguy Dansart

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Tanguy Dansart et suis étudiant à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où je viens de terminer ma deuxième année de Master. Mon mémoire a été l’aboutissement de deux très riches années, passées sous la direction de Fabien Théofilakis. Mon sujet portait sur les témoignages écrits et publiés des anciens appelés de la guerre d’indépendance algérienne entre 1974 et 2005, abordés sous un angle d’histoire sociale et culturelle.

Après un an de séminaire consacré à mettre en regard la Shoah et le génocide des Tutsi au Rwanda, j’ai hâte de découvrir un pays dans un cadre universitaire, et de continuer à se former à l’étude du génocide. Expérience cognitive autant que sensible, le fait d’aller sur le terrain porte en lui de nombreuses promesses, dont je mesure la chance de pouvoir connaître.

Inès de Falco

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Inès de Falco, je suis en Master 1 en Histoire des sociétés contemporaines à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne et je travaille dans le cadre de mon mémoire dirigé par Fabien Théofilakis sur les relations diplomatiques entre la France et le Vatican en sortie de Seconde Guerre mondiale. Je suis déjà diplômée en Lettres Modernes, en Histoire, en Histoire de l’art et Archéologie, et j’ai quelques expériences professionnelles dans les domaines de la culture et de l’enseignement, mais aucune expérience de recherche comme celle que je m’apprête à vivre au Rwanda. Le génocide des Ttusi au Rwanda est un génocide que je connaissais peu, c’est pourquoi ces deux semestres m’ont permis de réaliser à nouveau l’importance de la mémoire et le rôle de l’histoire et de l’historen.ne. J’aspire à apprendre, à transmettre mais aussi à découvrir la culture rwandaise. Je suis reconnaissante pour cette opportunité et j’espère que ce sera l’occasion de mettre en lumière de nouveaux témoignages.

Rose François

Europa-Universität Viadrina

Je m’appelle Rose… comme la fleur 🙂 D’origine haïtienne et de nationalité américaine, je suis récemment venue en Allemagne pour effectuer un master en commerce international avec une concentration en science des données à l’Europa-Viadrina Universität

J’ai rejoint le séminaire « Shoah et génocide des Tutsi au Rwanda en regard » pour me pousser à pratiquer davantage mon français. J’ai rapidement été captivée par les histoires incroyables de la vie des êtres humains persécutés pendant la Shoah et le génocide des Tutsis au Rwanda. Naturellement, mon intérêt pour l’expérience visuelle et physique – dans une certaine mesure – concernant la façon dont la société rwandaise fait de nouveau front ensemble s’est intensifié. Je me réjouis également à l’idée de découvrir comment le peuple rwandais a retrouvé une certaine joie de vivre après une telle atrocité historique. 

Je tiens à remercier le professeur Théofilakis pour son engagement, son dévouement et sa persévérance dans l’organisation d’une expédition unique en son genre comme de m’avoir donné l’occasion de participer à cette expérience spéciale et sans doute mémorable.

Mathilde Gancel

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Ma passion pour l’Allemagne m’a conduit à interroger son histoire dans le cadre de mon double master à Paris 1 Panthéon Sorbonne et à la Ludwig Maximilian Universität de Munich. Dans le cadre de mon mémoire de recherche, dirigé par Fabien Théofilakis, j’étudie l’ouverture deux associations franco-ouest-allemandes – le BILD et la GÜZ – vis-àvis des jeunes Allemands de l’Est au lendemain de la chute du Mur. Cette période post-division m’interroge profondément : comment deux peuples peuvent-ils se réunir après une longue division ? Une problématique qui trouve des échos intéressants dans la situation rwandaise et qu’il me tarde de découvrir lors de ce voyage passionnant !

Juliette Gesler

Europa-Universität Viadrina

Après un an d’hypokhâgne, deux ans à Sciences Po Strasbourg et autant de mobilité en Allemagne, j’aspire avant tout à… obtenir un diplôme.

J’ai évidemment d’autres centres d’intérêts comme la musique, la langue allemande et l’histoire. J’ai eu la chance de faire mon Erasmus au pays des Bretzels, à Leipzig, où j’ai suivi un cours sur l’antisémitisme en Europe. Dans ce contexte, j’ai travaillé sur les questions de transmission des témoignages face à la disparition progressive des rescapés de la Shoah. C’est pourquoi, en arrivant à l’Université de la Viadrina, mon attention s’est très vite portée sur le séminaire de Fabien Théofilakis concernant l’étude comparée des génocide des Juifs en Europe et des Tutsis au Rwanda. Après deux semestres de lectures, de recherches et de prises de notes, j’ai hâte de faire l’expérience du terrain. Je suis profondément reconnaissante pour l’opportunité qu’il m’est donnée de participer à ce voyage d’étude hors du commun.

Sophia Geys

Europa-Universität Viadrina

Je me présente : je m’appelle Sophia ; j’ai 23 ans et je suis étudiante à la Europa-Universität Viadrina à Francfort-sur-l’Oder où je fais un master en études européennes. Parce que je suis ce programme dans le cadre d’un double diplôme, je continuerai mes études à Strasbourg l’année prochaine. Lors de mes études, je suis toujours intéressée à découvrir de nouvelles disciplines. C’est ainsi que j’ai fait mon Bachelor en langues étrangères et linguistique appliquée et que, maintenant, mon master s’inscrit en science politique et culturelle. Dans ce cadre, le séminaire de Fabien Théofilakis représentait une belle opportunité pour apprendre à connaître la discipline des historiens et améliorer mon français en même temps.

De plus, le sujet du séminaire “Shoah et génocide des Tutsi au Rwanda en regard” a attiré mon attention parce que, pendant ma formation en Allemagne, j’ai évidemment beaucoup appris sur la Shoah, mais je ne savais que peu de choses sur les autres génocides comme celui des Tutsis au Rwanda. Je pense cependant qu’il est important d’en savoir plus sur ces événements tragiques pour mieux comprendre les effets qu’ils ont encore aujourd’hui.

Comme j’ai aussi une grande passion pour voyager et faire connaissance aux nouvelles cultures, je me réjouis beaucoup de ce voyage d’étude après avoir passé deux semestres à étudier l’histoire du Rwanda !

Farid Hafs

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Farid Hafs, 63 ans et quelques mois. J’achève mon master recherche à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.  Mon mémoire dirigé par Fabien Théofilakis porte sur les prisonniers de guerre “indigènes” au Frontstalag de Saint-Médard-en-Jalles (Gironde), de 1941 à 1944.

Dans une équipe sportive, on pourrait me qualifier de vétéran ; dans le milieu universitaire n’hésitez pas à me nommer le “doyen”, tant la différence d’âge avec mes acolytes étudiant.e.s est irrémédiablement avérée. Cela n’a empêché ni la complicité ni la solidarité. 

Je vais rejoindre dans les semaines qui viennent ma collectivité territoriale de Sevran (Seine-Saint-Denis) pour laquelle je suis chargé de missions auprès de la direction générale. Je pourrai ainsi terminer ma carrière professionnelle durant l’année et demie qu’il me reste à effectuer avant une retraite toute en dynamisme et en projets. D’ores et déjà, ces bientôt deux années passées à l’université ont été un sacré bol d’air. 

Enfin, un grand merci à Fabien Théofilakis à qui nous devons tous de pouvoir partager cette expérience rwandaise, qui, je suis sûr, restera dans nos mémoires.

Marius Hutinet

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Marius Hutinet et j’ai terminé un master à l’université de Paris 1 Panthéon sur
la section de gendarmerie de Langres en sortie de Seconde Guerre mondiale. Ces
recherches consistent en une histoire sociale de cette section, au prisme des changements
induits par l’état de guerre.
Après avoir participé à différents projets de recherche sur les Actualités Françaises et sur la
Résistance en Europe, je reste en 2023 à la Sorbonne afin de préparer le concours de
l’agrégation.

Lou-Anne Le Moniès de Sagazan

Europa-Universität Viadrina

Ami.e.s lecteurs/rices, bonjour ! Je m’appelle Lou-Anne Le Moniès de Sagazan et j’ai 21 ans. Étudiante en dernière année de licence en Langues Etrangères Appliquées anglais allemand à Sorbonne Université, je suis actuellement en Erasmus à l’université européenne de la Viadrina en Allemagne. Je suis ravie de participer à ce voyage d’étude au Rwanda. Ayant grandi dans une famille très intéressée par le génocide des Juifs, j’ai suivi ce cours pour en apprendre davantage sur le génocide des Tutsi, dont on parle très peu dans le système scolaire français. Ce voyage ne pourra que compléter les connaissances acquises depuis le début de l’année. C’est aussi l’occasion de vivre des moments uniques et inoubliables. 

Gauthier Lechapelain

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Après deux années de classe préparatoire aux grandes écoles “mathématiques-physique” puis six années passées au sein d’unités de commandement de l’Armée de Terre, dont six mois en opérations extérieures (OPEX), j’ai repris mes études en master d’histoire des sociétés occidentales contemporaines à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. J’achève une recherche sur la place du couteau, du poignard et de la dague dans l’univers combattant français de la Seconde Guerre mondiale. Tout nouveau reçu au CAPES d’histoire et de géographie, j’enseignerai dans un établissement secondaire en Alsace à la rentrée prochaine.

Je mesure la chance qui m’est offerte de participer à ce voyage d’études, opportunité unique de renforcer ma culture générale et historique sur le Rwanda et, d’un point de vue plus personnel, aboutissement de mon parcours universitaire et de mon projet de réorientation professionnelle.

Adrien Notarianni

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Adrien Notarianni et suis étudiant en Master 2 dans le parcours “Histoire des sociétés contemporaines” à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Auparavant, j’ai obtenu une licence d’histoire dans cette même université. Mon sujet de mémoire, réalisé sous la direction de Fabien Théofilakis, porte sur la Collaboration et l’épuration des collaborateurs et collaboratrices dans la ville de Paris dans l’immédiat après-guerre. 

Le voyage au Rwanda qui arrive en fin du master 2 s’inscrit dans la continuité du Blockseminar à Berlin effectué l’année dernière sur le thème de la/des mémoires allemande(s). C’est une chance pour tous les étudiants d’avoir pu partir à l’étranger durant ces deux années ; je tiens à remercier Fabien Théofilakis d’avoir organisé ces déplacements qui complètent nos connaissances et expériences historiques sur différentes périodes. 

Ce voyage d’études au Rwanda va nous permettre de faire de nouvelles rencontres locales mais aussi de découvrir un peu mieux les principaux mémoriaux ou sites en lien avec le génocide. Au Rwanda, j’attends de pouvoir discuter et concrétiser les notions et concepts vus durant cette année. 

Miriam Palai

Europa-Universität Viadrina

Je m’appelle Miriam Palai et j’ai 20 ans. Italienne mais ayant grandi au Luxembourg, j’ai décidé d’aller étudier en France sur le campus franco-allemand nancéien de Sciences Po Paris. Je suis actuellement en train de terminer ma licence à l’Université européenne de Viadrina à Francfort-sur-l’Oder en Allemagne dans le cadre d’un programme d’échange universitaire. J’ai alors eu la chance de pouvoir assister au cours sur l’étude comparée de la Shoah et du génocide des Tutsis au Rwanda, proposé par Fabien Théofilakis.

Ce voyage sera pour moi l’occasion de visiter les lieux mémoriaux dont nous avons parlé tout au long des séances mais également de confirmer mon choix de débuter à la rentrée universitaire un master ancré sur les politiques publiques, avec une attention particulière portée aux politiques mémorielles. 

Zahra Semmache

Europa-Universität Viadrina

Bonjour à toutes et tous ! Je m’appelle Zahra Semmache (she/her), j’ai 24 ans et je viens de Berlin. J’ai déjà obtenu ma licence en droit et en science politique à l’université européenne Viadrina. Actuellement, je suis au deuxième semestre de mon master en études européennes à la Viadrina et à Sciences Po Strasbourg.

Je suis extrêmement heureuse de pouvoir enfin visiter le Rwanda après une année de travail intense dans le cadre du séminaire “Shoah et génocide des Tutsi au Rwanda en regard”.

Étant donné que le viol a été largement utilisé comme arme de guerre dans le génocide de 1994 et que nous nous rendrons dans les endroits qui ont été matière de lecture et d’étude au cours des deux semestres, il est important pour moi de prendre en compte non seulement l’expertise académique, mais aussi l’importance de l’approche pédagogique. Cela nous permettra de prendre des moments de recul pour assimiler les impressions que nous pourrions rencontrer. Considérant le nombre de participant·e·s, en particulier les femmes, il est primordial de reconnaître que certaines personnes pourraient avoir des expériences personnelles liées à cette problématique. Dans le cadre de ce voyage d’étude, j’espère que nous nous efforcerons de créer un espace sûr (safer space), sachant bien qu’un espace totalement sûr (safe space) reste un idéal difficile à atteindre.

De plus, pour beaucoup de mes camarades de classe, ce sera leur première fois sur le continent africain. J’espère sincèrement que cette expérience contribuera à éliminer certains stéréotypes racistes. Je suis convaincue que cette immersion dans une nouvelle culture nous permettra de remettre en question nos préjugés et de voir au-delà des clichés.

Julie Sidrot

Université de Paris Panthéon Sorbonne

Je m’appelle Julie Sidrot et suis étudiante en première année de master “Patrimoine et Musées” à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. J’ai avant cela obtenu une double-licence de droit et d’histoire de l’art. Dans le cadre de mes recherches, j’ai vécu à Berlin pendant un an, où j’ai pu apprendre l’allemand et travailler dans le domaine mémoriel. Mon sujet de recherche de master porte en effet sur le parcours d’exposition du Musée juif de Berlin, notamment sur la partie consacrée à la période nationale-socialiste. J’étudie les choix curatoriaux qui ont été opérés dans ces salles rénovées récemment : installations multimédias, mise en avant d’histoires personnelles, absence de représentation de la violence, etc.. Je m’intéresse également aux perceptions des visiteurs de ce parcours : s’agit-il d’une expérience interactive, immersive ? Ressentent-ils des émotions ? Quels types de réflexion cela entraîne-t-il ? 

Très intéressée par la question des lieux de mémoire, je suis impatiente de découvrir les différents mémoriaux que nous allons visiter durant ce voyage. J’ai aussi hâte de découvrir les différentes facettes de la culture rwandaise.

Felix Trojan

Europa-Universität Viadrina

Je m’appelle Felix Trojan et suis en deuxième année de double cursus à Sciences Po Strasbourg et à l’université européenne Viadrina. Cela fait donc quatre ans que j’étudie à Francfort-sur-l’Oder, mais à partir du prochain semestre, je partirai à la découverte du monde à l’Université de Strasbourg. Ce qui m’intéresse dans ce voyage, c’est la manière dont le génocide est traité sur place, car il sera possible de faire une comparaison directe avec la culture de la mémoire de la Shoah. Le séminaire a fortement stimulé mon intérêt à cet égard, car, avant cet enseignement, je ne m’intéressais qu’à l’histoire économique. Je suis donc très reconnaissant d’avoir la chance unique de découvrir le Rwanda et j’attends avec impatience les impressions à venir.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search