La chambre des enfants

En visitant les sites mémoriaux nationaux en mémoire des victimes Tutsis du génocide de 1994 lors du voyage d’étude, j’ai été frappée par le déploiement face au visiteur des preuves restantes du génocide. Ces preuves sont matérielles : les édifices marqués par la destruction et la résistance, les fosses communes, les habits encore marqués par les taches de sang des victimes, leurs objets personnels emmenés dans la perspective de continuer à vivre une fois en sécurité. Mais les preuves peuvent tout aussi bien être bien plus que des objets. Ces preuves sont alors des restes humains, des restes d’hommes, de femmes et d’enfants, allant d’ossements jusqu’aux corps entiers conservés après avoir été traités par de chaux.

Quelle que soit leur nature, ces preuves sont à chaque fois présentées dans leur ensemble comme un besoin, une nécessité pour ces lieux de mémoire. Aux dires des guides, ce sont qu’elles qui pourront assurer la transmission de la mémoire du génocide et empêcher que son existence soit remise en cause.

Sans rentrer dans le débat sur la véritable utilité de ces preuves et de leur nature – qui eut lieu à plusieurs reprises au sein du groupe -, ce qui m’a le plus frappée, à chaque visites, était tout simplement leur quantité. Les sites en eux-mêmes, nationaux et locaux, sont omniprésents sur l’ensemble du territoire. Lorsque les possessions des victimes sont présentées, ce ne sont pas simplement quelques objets mais des tas de vêtements, tandis que des milliers d’autres sont conservés dans des boites dans une pièce adjacente, comme à Nyamata. Les ossements sont entassés dans des vitrines et dans les salles d’exposition, on ne peut manquer d’observer des cranes en quantités impressionnantes également. La vision la plus dure fut celle des corps encore entiers, conservés, gisant les uns sur les autres sur des tables, pièce après pièce, bâtiment après bâtiment, comme à Murambi.

La quantité de preuves semble vouloir représenter le nombre des victimes.

Source/Quelle : M. Palai, vue sur la capitale Kigali depuis le musée-mémorial de Gisozi, 11/07/2023.

`

Mais au milieu de cette accumulation d’habits, d’ossements et de cadavres qui apparaissent infinis, comment rendre l’individualité, l’humanité à chacune de ces victimes ? Comment rappeler qu’avant d’être entrainées toutes à la mort par la furie génocidaire des tueurs, chacune de ces victimes avait un nom, prénom, un âge un sexe, une passion, une foi, un rêve ? Comment envisager de présenter une par une plus de huit cents mille victimes, alors que le nombre en lui-même est tellement inconcevable que même notre imagination peine à se le représenter ?

La réponse à cette question qui m’a le plus marquée lors de notre séjour a été apportée lors de la visite de l’exposition de « La chambre des enfants » au musée-mémorial de Gisozi, à Kigali. Situé dans la capitale, ce dernier est sûrement le plus connu, en particulier par les étrangers en visite dans le pays. Il remplit ainsi non seulement la fonction de site mémoriel et de recueillement, avec la présence de jardins et de tombes communes, mais également de musée. On y retrouve donc, au contraire de la plupart des autres sites, une vraie exposition qui a pour but d’expliquer le génocide des Tutsis de 1994 dans son ensemble, en incluant l’avant et l’après tragédie. Le musée essaye ainsi d’apporter une réponse au comment et au pourquoi ce drame a eu lieu, et à la façon dont le Rwanda a pu renaître de ses cendres comme une phénix pour atteindre si rapidement aujourd’hui un tel niveau de développement et de cohésion nationale.

Source/Quelle : M. Palai, esplanade à l’entrée du musée-mémorial de Gisozi. monument commémorant les 29 ans depuis la fin du génocide, 11/07/2023. 

Mais, son approche la plus intéressante a été de dédier au milieu de toutes ces preuves une salle bien différente. Dès qu’on y rentre, on perçoit tout de suite une atmosphère particulière. Les murs sont couverts de photographies d’enfants. Mais, pour une fois ce qui compte ce n’est pas leur nombre. Les images sont en fait peu nombreuses et sont imprimées en grande dimension. En dessous de chaque, une simple stèle attend les visiteurs. Un nom, un prénom, un âge, un rêve, un repas préféré… Quelques mots à peine suffisent pour s’imaginer ces petits enfants, filles, garçons, certains à peine nourrissons, vivant devant nous. Un simple fait, tout banal « meilleure amie : sa maman ». Mais l’humanité est là. L’individualité se redessine. Les yeux de l’enfant dans l’image s’animent. Ce corps retrouvé et enterré parmi tant d’autres victimes était quelqu’un. Quelqu’un d’unique. Un enfant, le bien le plus précieux de ses parents, de son pays. L’espoir pour l’avenir. Mort innocent. Tué d’une manière atroce mais tiré de l’oubli par notre visite.

Des tas d’ossements ne pourront jamais aussi bien transmettre un message aussi clair que bouleversant. L’existence d’un génocide est caractérisée par excellence par la mise à mort des plus innocents de tous : les enfants.

Miriam Palai

Résumé / Zusammenfassung / Summary

Au Rwanda, le choix a été fait de montrer explicitement les vestiges du génocide, conservées en tant que “preuves” irréfutables de son existence. Toutefois ces dernières sont tellement nombreuses, que le visiteur peut ressentir leur exposition comme une déshumanisation des victimes. Comment leur rendre alors leur individualité à chacune? La “Chambre des enfants” au musée-mémorial de Gisozi à Kigali nous offre une solution.

In Ruanda hat man sich entschieden, die Überreste des Völkermords, die als unwiderlegbare “Beweise” für seine Existenz erhalten geblieben sind, explizit zu zeigen. Diese sind jedoch so zahlreich, dass der Besucher ihre Ausstellung als Entmenschlichung der Opfer empfinden kann. Wie kann man ihnen ihre Individualität zurückgeben? Das “Zimmer der Kinder” im Gisozi Memorial Museum in Kigali bietet eine Lösung.

In Rwanda, the decision was taken to prominently display the preserved remains of the genocide as undeniable “evidence” of its occurrence. Nonetheless, their sheer volume can lead visitors to perceive this display as dehumanizing to the victims. So, the question arises: How can we reestablish the sense of their individuality? The answer lies in the “Children’s Room” at the Gisozi Memorial Museum in Kigali, which offers a solution.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
miriampalai (19 juillet 2023). La chambre des enfants. Sur les traces du génocide des Tutsi au Rwanda. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tulp


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search