Le parc national d’Akagera, épargné par le génocide ?

Le parc national d’Akagera, épargné par le génocide ?

Après dix jours de séminaire à travers le pays sur les traces du génocide de 1994, il paraît nécessaire à celles et ceux ayant décidé de prolonger le séjour de changer d’environnement et de se mettre « au vert ». Pour ce faire, une des destinations touristiques phares du pays, le parc d’Akagera s’avérait être le lieu idéal pour un bon bol d’air frais, et ce malgré les trente degrés au thermomètre. Or, on n’échappe pas aux traces du génocide, même au beau milieu d’un parc naturel frontalier avec la Tanzanie. A mesure de l’avancée vers la destination, la présence de mémoriaux isolés se constate aisément, jusqu’au dernier pâté de maisons précédant l’entrée sud.

Source/Quelle : G. Lechapelain – Parc d’Akagera.

            Après avoir trouvé un guide et réglé les entrées, le bus s’enfonce au milieu des arbustes et hautes herbes pour plonger au cœur de l’étendue à la végétation grillée par la chaleur, protégée par une muraille naturelle formée par les collines surplombant la vallée de la rivière Akagera. C’est à cet endroit précis, avant même d’avoir pu observer le premier animal, que le guide mentionne de son propre chef le génocide. Petite remise en contexte : Janvier, qui travaille au parc depuis presque dix ans, souhaite retrouver son niveau de français, perdu au profit de l’anglais. Pour ce faire, il demande aux visiteurs de lui poser le plus de questions possibles, tant sur son métier que sur les particularités du parc. C’est après avoir été questionné sur le nombre de lions présents qu’il fait mention des tueries de 1994, rompant ainsi avec l’ambition première du groupe de changer d’air (vite assouvie après avoir rencontré les premiers hippopotames).

Source/Quelle : M. Hutinet, parc d’Akagera, 21/07/2023.

Selon Janvier, principalement pour les animaux, le génocide a eu deux effets majeurs. Lors des massacres, de nombreux Tutsi se réfugièrent au sein du parc, alors délaissé par un gouvernement concentré sur l’assouvissement de ses idéaux génocidaires. On estime qu’environ 80 % des personnes s’y étant rendus ont survécu aux Interhamwe, soit en s’y cachant, soit en ayant rejoint la Tanzanie voisine. L’installation de ces réfugiés au sein du parc a néanmoins eu une incidence directe sur la faune à commencer par les lions, qui représentèrent rapidement un danger pour le bétail amené par les différents groupes réfugiés. A des fins de sécurité, l’intégralité des lions du parc d’Akagera fut empoisonnée par ces groupes, de qui ne manqua pas de poser ainsi des problèmes de régulation des effectifs d’herbivores mais aussi, sur le long terme, à la suite des refus de certains pays d’envoyer des lions dans le parc, arguant que les Rwandais seraient capables de les empoisonner à nouveau. Le génocide a donc eu un impact manifeste sur la densité de fauves à Akagera, même après sa réouverture officielle en 1997.

Source/Quelle : G. Lechapelain – Parc d’Akagera.

            Janvier évoque quelques mètres plus loin une seconde conséquence du projet génocidaire gouvernemental puisqu’il a conduit à l’abandon des politiques de protection du parc. Jusqu’à sa réouverture, l’absence totale de contrôle et de sécurité dans les alentours a en effet incité de nombreux braconniers à y faire des incursions, ce qui eut pour effet directe la quasi-disparition des rhinocéros, aujourd’hui au nombre réduit de 20 pour un parc d’une superficie de 1 122 km2.

C’est ainsi que, malgré la vocation du parc à faire découvrir aux visiteurs un nouvel aspect du Rwanda, le passé génocidaire refait surface dans l’esprit de celles et ceux qui s’occupent des visiteurs. L’influence des événements sur le fonctionnement de la réserve de faune sauvage ne se limite sans doute pas à ces deux seuls éléments relevés par Janvier, et une analyse plus profonde aurait certainement permis de déterminer d’autres zones d’influences, directes ou indirectes. En ce qui me concerne, pour une première découverte des lieux, l’intérêt porté à la découverte de la faune a finalement pris le dessus sur l’analyse des répercussions du génocide de 1994 sur l’espace exploré, après dix jours d’intenses visites sur le sujet.

Marius Hutinet

Résumé / Zusammenfassung / Summary:

Le parc national d’Akagera, une destination très touristique en raison de la présence de multiples animaux tels que des lions, des éléphants, voire des zèbres, n’a pas été épargné par le génocide de 1994. L’accent est mis sur les conséquences de cet événement dans la région.

Der Akagera-Nationalpark, eine äußerst touristische Destination aufgrund des Vorkommens mehrerer Wildtiere wie Löwen, Elefanten oder sogar Zebras, wurde nicht vom Genozid von 1994 verschont. Eine Fokussierung auf die Auswirkungen dieses Ereignisses in der Region.

The Akagera national park, a highly touristic destination due to the presence of multiple animals such as lions, elephants, or even zebras, has not been spared by the 1994 genocide. Focus on the consequences of this event over the area.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fabien Théofilakis (23 juillet 2023). Le parc national d’Akagera, épargné par le génocide ? Sur les traces du génocide des Tutsi au Rwanda. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tulx


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search