Mon retour sur expérience

Après quelques jours de repos trouvés dans mon Allemagne non natale, j’ai enfin pris un peu de distance par rapport à ce voyage surréaliste. Dès mon arrivée sur le sol berlinois, ma famille m’a assailli de questions pour connaître les détails de ce périple au Rwanda. Or, il est très difficile de résumer à travers un coup de fil furtif l’étendue de cette aventure. Pendant 10 jours, nous avons visité des lieux, dont nous n’avions peut-être pas toutes les clés pour les appréhender entièrement, alors même que nous étions renseignés et préparés sur le génocide des Tutsi. Au Rwanda, j’ai perdu tous mes repères spatiaux : je ne sais toujours pas comment trouver un restaurant, un bar ou la poste. Toutefois, à près quelques soirs, j’ai rapidement compris que le Rwanda était un pays producteur de bières.

Dans le champ d’étude qui était le nôtre, j’ai été désorientée par la politique mémorielle du gouvernement rwandais. Montrer, enseigner et commémorer le génocide des Tutsis au Rwanda n’a rien à voir avec l’approche européenne de la Shoah. Cela ne remet pas en cause la comparaison des deux génocides, mais questionne bien plutôt en retour la façon dont nous faisons mémoire. Je pense que nous avons tous été très choqués par l’exposition des « corps » – terme employé par l’un de nos guides pour désigner des ossements exposés dans chacun des mémoriaux visités. Je ne vais pas m’attarder sur ce thème puisque le sujet a déjà été traité par mes camarades. Je ne dis à aucunement qu’il y a une bonne ou une mauvaise façon de concevoir un mémorial, toutefois, je me demande jusqu’à quel point le choc est utile dans la compréhension des événements. La violence de la confrontation avec les plus atroces tueries perpétrées par l’homme permet-elle véritablement de mieux concevoir les événements ? Ou bloque-t-elle au contraire le processus de compréhension ? Dans mon cas, ce face-à-face forcé avec ces ossements m’a simplement empli de tristesse et je n’ai pas le sentiment que cela m’a aidé à appréhender l’organisation du génocide des Tutsi.

Source/Quelle : G. Lechapelain – Mémorial de Bisesro – 17/07/2023.

Un autre point a particulièrement retenu mon attention : l’exposition des noms des bourreaux aux côtés du nom des victimes, comme ce fut le cas au mémorial de Murambi. Cette pratique est peu commune en Europe, mais non pas inexistante, puisqu’elle a été mise en place à Budapest dans la maison de la Terreur. Cette pratique pose la question de la place de la justice dans la politique mémorielle. Afficher le nom des victimes, c’est leur rendre hommage. Exposer le nom des bourreaux, c’est ancrer leurs crimes dans la pierre. Ainsi, les mémoriaux au Rwanda sont des lieux avec des fonctions multiples : enseigner le génocide, rendre hommage aux victimes et dénoncer les tueurs. De plus, des cellules de soutien psychologique sont occasionnellement mises en place dans la gestion des traumatismes des rescapés dans ces lieux. Lors des trois mois de commémoration du génocide au Rwanda – entre avril et juillet –, le mémorial de Bisesero accueille des psychologues pour aider les victimes à surpasser les atrocités subies en 1994.

Source : J. Gesler, mémorial du génocide, Bisesero, entrée, 17/07/2023

            La rencontre avec Hélène Dumas aux archives de Kigali, le dernier jour (19/07), m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement de la politique publique de mémoire rwandaise. Je retiens de cette discussion que tout n’est pas encore stabilisé et en discussion pour concilier le repos éternel des victimes du génocide et son enseignement aux nouvelles générations et aux visiteurs étrangers. De plus, la figure présidentielle de Paul Kagame est véritablement centrale dans la conception de l’avenir des locaux. Le portrait du président rwandais est omniprésent dans la vie quotidienne, on le retrouve aussi bien dans les commissariats que dans les restaurants. Le Rwanda est donc un pays, qui fait face à son passé, et se tourne vers un avenir uni autour du chef du FPR devenu président en 2003.

Pour conclure, je retiens de cette aventure hors du commun autant la qualité des débats que l’écoute attentive de chacun ! Je referai ce voyage sans aucune hésitation, si l’opportunité se produisait une nouvelle fois. L’expérience était extrêmement enrichissante sur tous les plans : humains, intellectuels, alimentaires et linguistiques.

Juliette Gesler

Résumé / Zusammenfassung/ Summary:

Dans cet article, je fais part de mes impressions sur deux aspects centraux de la politique mémorielle du gouvernement rwandais : la confrontation avec les corps des victimes et la divulgation des noms des bourreaux à côté de ceux des suppliciés. Je m’interroge également sur l’impact de ces éléments sur la transmission et l’enseignement du génocide aux jeunes générations et aux visiteurs étrangers des lieux de mémoire.

In diesem Artikel schildere ich meine Eindrücke zu zwei zentralen Aspekten der Erinnerungspolitik der ruandischen Regierung: die Konfrontation mit den Körpern der Opfer und die Offenlegung der Namen der Täter neben den Namen der Gequälten. Ich hinterfrage auch die Auswirkungen dieser Elemente auf die Weitergabe und Lehre des Völkermords an die jüngeren Generationen und ausländischen Besucher der Gedenkstätten.

In this article, I describe my impressions of two key aspects of the Rwandan government’s memorialization policy: confronting the bodies of victims and revealing the names of perpetrators alongside the names of the tortured. I also question the impact of these elements on the transference and teaching of the genocide to younger generations and foreign visitors to the memorials.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
juliettegesler (25 juillet 2023). Mon retour sur expérience. Sur les traces du génocide des Tutsi au Rwanda. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tuly


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search